Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le tag parfait à #Asnieres : retour sur un "prétendu" porno
Le tag parfait à #Asnieres : retour sur un "prétendu" porno

L’affaire est croustillante et anime le microcosme asniérois : un film pornographique aurait été tournée dans l’enceinte de la mairie par Julien Richard, ancien maire adjoint à la communication avec la bénédiction du maire d’alors, Sébastien Pietrasanta. Trop simple pour être réelle, cette « affaire » illustre néanmoins la campagne permanente de Manuel Aeschliamnn dans la perspective d’élections qui devraient arriver plus tôt que prévues.

Tout ou presque a été dit sur ce affaire qui a fait les unes de la presse en ligne et même de quelques titres étrangers. Nous ne reviendrons pas ici sur l’absurdité des accusations mais renvoyons vers les articles ici ici ici ou encore ici qui expliquent assez bien la réalité de cette affaire. Alors posons nous sur les enseignements de cette histoire

Aeschlimann ou l’art du tag parfait

Le 30 juin 2014, le parisien Hauts-de-Seine fait sa une sur « la polémique autour d’un tournage coquin à la mairie d’Asnières », article que vous pouvez retrouver en cliquant ici. Mais Manuel Aeschlimann ne peut se contenter de cet article qui, il est vrai, donne la parole aux individus incriminés et essaye de produire un article objectif.

C’était bien sur sans compter sur ses amis du point.fr qui, une fois de plus, lui offre l’article parfait, sans nuance, à charge. Exit les précautions de langage, un porno a bien été tourné à la mairie d’Asnieres Le titre choc, la certitude du caractère délictueux du tournage, mieux qu’un tract, l’organe de presse fait le travail pour le nouvel élu.

Révélateur de la nature « commandée » de l’article, le soit disant teaser mis en ligne par le point.fr n’est autre que le montage fait par la municipalité à l’occasion du conseil municipal.

D’une affaire de tournage en mairie d’un film dont on peut discuter la qualité, l’affaire devient donc celle d’un film porno tourné en mairie par un maire corrompu ! Une info choc qui fait alors le tour des médias, d’Europe 1 à RTL en passant par BFM ou encore le figaro.

Patatra quand des premiers articles critiques commencent à sortir, décrédibilisant le discours du point.fr/UMP et montrant plus de nuance dans le traitement de l’information. Métro se lance dans le bal avec son article « non iil n’ y a pas eu de film porno tourné dans la mairie d’Asnières » puis le Nouvel Obs avec « Asnieres, sa mairie, son porno »

puis des sites plus intimistes critiquent l’affaire par exemple « La mairie a remonté et falsifié la bande-annonce » repris par le site Écran Large

Ce que l’affaire montre sur l’actualité de la politique asniéroise

Passons outre la simplification dans le traitement dont certains titres de presse ont pu être complice pour venir sur le fond du sujet. Voilà maintenant trois mois que Manuel Aeschlimann est à la tête de l’administration communale, trois mois agités, de controverses dont voici une liste non exaustive

4 avril 2014 : M.Aeschlimann conteste le rapport officiel de la Chambre des Comptes.

7 avril 2014 : Premier conseil municipal : une ancienne élue est agressée par un proche UMP et chauffeur bénévole

15 avril 2014: Deuxième conseil municipal : « Avez qui couchez-vous » ? L'opposition quitte le conseil.

9 mai 2014 : Contrats rompus pour 3 médiateurs de la ville.

10 mai 2014 : Voitures brûlées quartier Bécon

10 mai 2014: appels intempestifs du maire : recours devant le CNIL

30 mai 2014 : les rythmes scolaires devant la justice

12 juin 2014 : exécution en pleine rue, métro les agnettes

16 juin 2014 : braquage raté au mac do

18 juin 2014 : manifestation des parents devant la mairie d'Asnières face à l'absence de réponse sur le dossier des rythmes scolaires

24 juin 2014 : Le tribunal administratif impose l'application des rythmes scolaires à Asnieres

Une affaire de plus dans le microcosme asniérois ?

Au lendemain des élections municipales, le bruit a rapidement circulé en ville : il y aurait eu des irrégularités dans le déroulement du scrutin et un recours aurait été déposé visant à l’annulation du vote du 30 mars 2014. Un article du parisien s’en fait l’écho et plus récemment le site du micro parti de droite « réinventons asnieres » le mentionnait.

C’est cette perspective qui inquiète aujourd’hui Manuel Aeschlimann.

Manuel Aeschlimann est donc depuis le début en campagne électorale. Sa fameuse tente rouge de proximité illustre cette volonté de retourner sur le terrain avec de garder contact avec ceux qui seront probablement invités aux urnes dans les prochains mois.

La gouvernance d’une ville fait nécessairement des déçus au sein de ses partisans et la possibilité de « casser » ses adversaires est aussi une façon de préparer les élections. Ce travail de sape se traduit dans la volonté de casser l’image d’une gauche locale « propre et intègre » (l’affaire des disques durs en est l’illustration) mais surtout de toucher aux bourses les opposants municipaux. Un procès coute cher, et leurs multiplications peut entrainer la perte et le départ de certains. Une stratégie mise en place par exemple à Puteaux par Joelle Ceccaldi contre son opposant, désormais historique, Christophe Grebert

Affaire à suivre

voir aussi à ce sujet le texte produit par nos amis de 100% desintox http://100p100desintox.over-blog.com/2014/06/le-porno-de-la-mairie-info-ou-intox.html

Partager cet article

Repost 0